En Espagne, une crise économique et aussi morale

MonteKarmelo

Madmaxista
Desde
28 Jun 2006
Mensajes
7.073
Zanx
12.231
Confrontée à une grave détérioration de sa situation économique avec près de 4,6 millions de chômeurs et un déficit des comptes publics représentant 11,2 % de son produit intérieur brut (PIB), l'Espagne de José Luis Rodriguez Zapatero connaît parallèlement une profonde crise morale. Qu'illustrent une accélération des affaires de corruption et la remise en cause répétée des décisions d'une justice, accusée, paradoxalement, par la droite comme par la gauche, d'être partisane. Cette dernière se trouve notamment mise sur la sellette à la suite des poursuites engagées par le tribunal suprême contre le très médiatique juge Baltazar Garzon pour prévarication dans le cadre d'une enquête lancée par ce magistrat sur les victimes du franquisme. Les critiques se nourrissent aussi de l'incapacité répétée du tribunal constitutionnel, profondément divisé politiquement, à se prononcer depuis plus de trois ans sur la validité du statut actuel de la Catalogne qui reconnaît officiellement sa qualité de nation et fait du catalan la première langue de la région. Début avril encore, les juges n'ont pas réussi à trouver un accord sur un texte de consensus.

Dans une récente chronique parue sur le site d'information « El Confidencial », José Antonio Zarzalejos, ancien patron du quotidien « ABC », rappelait que la transition démocratique qui a suivi la mort du général Franco s'appuyait sur deux piliers : la réconciliation des Espagnols autour d'une reconnaissance des torts de chacun et une vaste amnistie pour cicatriser les blessures de la guerre civile ainsi que, parallèlement, la création d'un Etat des autonomies tenant compte de la personnalité des régions et des nationalités composant le territoire dans le cadre de la nation espagnole. Or, selon cet analyste politique reconnu, ce double pacte, maintenu par Adolfo Suarez, Felipe Gonzalez et José Maria Aznar, entre 1976 et 2004, a été « cassé » par José Luis Rodriguez Zapatero à son arrivée au pouvoir avec la révision du statut de la Catalogne en 2006 et la loi dite de « mémoire historique » l'année suivante. En jugeant « discutée et discutable » la notion de « nation espagnole », le président du gouvernement socialiste a relancé les revendications indépendantistes des nationalistes catalans et basques. Et réveillé, par ailleurs, l'affrontement droite-gauche sur la responsabilité de chacun dans le déclenchement d'une guerre civile qui a fait plus de 500.000 morts via un texte à l'interprétation difficile comme en témoignent les recours actuels devant la cour suprême.

Infondées ou non, ces polémiques provoquent, surtout aujourd'hui, des tensions inutiles alors que la situation économique de l'Espagne nécessiterait plutôt l'unité et la mobilisation de tous. Alors que le dialogue social patine depuis plus d'un an, les syndicats donnent l'impression d'être plus prompts à se mobiliser pour la défense du juge Garzon que pour celle des millions de demandeurs d'emploi, dont le sort dépend d'une inéluctable réforme du marché du travail. Sujet qu'ils refusent catégoriquement d'aborder avec le patronat, tandis que le gouvernement se refuse à prendre ses responsabilités en la matière. L'affaire du statut catalan pollue, pour sa part, le vrai débat qui devrait se poser sur les « surcoûts » de l'organisation territoriale de l'Espagne, estimés par certains à 24 milliards d'euros, soit 2,4 % du PIB espagnol.

Communautés autonomes et municipalités concentrent 54,8 % des dépenses publiques, soit 10 points de plus qu'en Allemagne, qui est un véritable Etat fédéral ! Et les contrôles du pouvoir central sont des plus lâches. De 2,2 % en 2009, le déficit cumulé des comptes publics des 17 autonomies du pays devrait grimper à 3,2 % du produit intérieur brut cette année et à 4,2 % l'an prochain… On voit mal comment les intéressées, déjà endettées à hauteur de 86 milliards d'euros, pourront réduire le dérapage de leurs comptes à - 1,1 % en 2013, moyennant les 10 milliards d'euros d'économies « imposées » par le ministère de l'Economie et des Finances dans l'objectif de permettre à l'Espagne de se mettre en règle avec Bruxelles en ramenant le total de ses déficits sous la barre fatidique des 3 %…

Face à la gestion erratique de leur gouvernement durant ces deux dernières années de crise, les Espagnols peuvent s'inquiéter aussi de la capacité de l'opposition, aujourd'hui en tête dans les intentions de vote, à prendre la relève en 2012. Si les scandales immobiliers n'ont épargné aucune formation politique qu'elle soit de gauche, de droite ou nationaliste durant l'âge d'or du BTP, le Parti populaire (PP) se trouve enferré depuis un an dans des affaires de corruption qui viennent d'entraîner la démission de leurs postes électifs de son trésorier et d'un de ses députés. Résultat, alors qu'ils font preuve d'un étonnant calme social malgré la dramatique situation dans laquelle beaucoup se trouvent plongés et qu'ils montrent l'exemple en se serrant la ceinture, les Espagnols de la rue donnent la curieuse impression d'être les seuls à être actuellement à la hauteur des graves circonstances que connaît leur pays.
En Espagne, une crise économique et aussi morale - VIE POLITIQUE CONJONCTURE ECONOMIQUE
 

Berebere

Madmaxista
Desde
20 Abr 2007
Mensajes
14.461
Zanx
21.819
Ubicación
In the guetto
Communautés autonomes et municipalités concentrent 54,8 % des dépenses publiques, soit 10 points de plus qu'en Allemagne, qui est un véritable Etat fédéral ! Et les contrôles du pouvoir central sont des plus lâches.
Comunidades autónomas y municipios concentran el 54,8% de los recursos públicos, es decir 10 puntos más que en Alemania ¡que es un auténtico Estado federal! Y los controles del poder central son de lo más laxos.
 

candil

Madmaxista
Desde
3 Abr 2010
Mensajes
4.922
Zanx
2.600
¿Os acordáis de la "Sidra el Gaitero"?

Pues eso.
 

Republik

Madmaxista
Desde
15 Ago 2009
Mensajes
4.753
Zanx
7.241
Esto vacunará a los gabachos contra las pocas veleidades descentralizadoras que pudieran tener, y eso que el problema no es en absoluto el Estado federal sino el absurdo a que ha llegado el sistema español al colársele de rondón el tradicional caciquismo con sus inmensas y caras estructuras clientelares. Cuando uno busca datos comparativos de otros estados se encuentra con cosas como:

-Una parte enorme de los presupuestos españoles los manejan las 6.700 empresas, entes, fundaciones y otros engendros,con lo que es difícil llegar a conocer cosas como número de empleados públicos, gastos de personal, coste de las contratas,etc.
-No hay criterio alguno en las transferencias de renta entre regiones de modo que algunas son castigadas y otras mimadas sin relación con su PIB o necesidades reales.
-Comparando con otros países los criterios de descentralización son discutibles, ineficientes y sesgados hacia las CCAA,dejando a los municipios en una indigencia difícil de encontrar en Europa,no digamos en EEUU donde cobran enormes impuestos y se encargan de la educación no universitaria,por ejemplo.
-Y el tema de las cajitas,que, no lo dudemos, será asombro del mundo cuando se destape el tarro de sus podridas esencias.
 

Halfredico

Madmaxista
Desde
10 Oct 2008
Mensajes
1.062
Zanx
529
Estos aspirantes a alemanes son los mismos que hace apenas dos años se pajeaban con ZP y se maldecian por tener un Sarkozy pudiendo tener a un gran estadista como el inquilino de la moncloa?



muahahaha !!! la izquierda francesa se disputa con la nuestra el tercer lugar en el podio europeo de las izquierdas mas ridiculas de Europa, solo detras de los rancios comunistas griegos y portugueses. Segun esta gentuza España era un espejo en el que Francia deberia mirarse.
 

Mandragora

Madmaxista
Desde
28 Feb 2009
Mensajes
488
Zanx
463
El artículo es un buen compendio de algunos de los sinsentidos más gordos del país. Mención especial para lo que dicen de que los sindicatos se preocupan más por Garzón que por los parados.

Me quedo con la última frase:

les Espagnols de la rue donnent la curieuse impression d'être les seuls à être actuellement à la hauteur des graves circonstances que connaît leur pays.[/url]
"Los españoles de a pie dan la curiosa impresión de ser los únicos de estar a la altura de las graves circunstancias que atraviesa su país".

¿A qué creeis que se refieren con esto? En un principio suena a elogio, pero nunca se sabe y desde luego como sigan apretando al personal, la altura a la que van a estar es a la del sótano de la economía sumergida.
 

Dr. Jekyll

Madmaxista
Desde
11 Dic 2008
Mensajes
1.404
Zanx
1.737
Como nos ven el plumero. Cuando llegue la hora vamos a recibir una ayuda descomunal para que podamos mantener este tinglado tan eficiente que hemos montado en los últimos treinta años.
 

RedSixLima

Madmaxista
Desde
1 May 2007
Mensajes
9.650
Zanx
8.472
Ubicación
Uropa
muahahaha !!! la izquierda francesa se disputa con la nuestra el tercer lugar en el podio europeo de las izquierdas mas ridiculas de Europa, solo detras de los rancios comunistas griegos y portugueses. Segun esta gentuza España era un espejo en el que Francia deberia mirarse.
Concurro. Rodriguez Chikilicuatre es Winston Churchill al lado de Martine Aubry o la petasse Royal.
 
Arriba Pie