Burbuja.info - Foro de economía > > > Ya es oficial, ha ganado el Brexit por más de 1.000.000 de votos.
Tema Cerrado
 
Herramientas Desplegado
  #4321  
Antiguo 06-jul-2017, 18:51
argentum argentum está desconectado
Gran miembro
 
Fecha de Ingreso: 19-mayo-2010
Mensajes: 1.155
Gracias: 1.028
1.344 Agradecimientos de 563 mensajes
Calopez esto da vergüenza cada vez mas!!!sigue con tu siesta campeón!


Estos usuarios dan las gracias a argentum por su mensaje:
  #4322  
Antiguo 09-jul-2017, 15:20
Pat Pat esta en línea ahora
Excelentísimo, ilustrísimo y grandísimo miembro de élite de los gurús burbujistas
 
Fecha de Ingreso: 25-marzo-2008
Mensajes: 9.990
Gracias: 3.091
8.415 Agradecimientos de 3.813 mensajes
Sin muchas noticias, la prensa debe rebuscar cuando no inventar; es entendible, hay que vender periódicos.
Ahora, tenemos los Liberal demócratas que salen del armario, quieren un segundo referéndum para dar una oportunidad a revertir el Brexit. La verdad es que la propaganda “Anti Brexit” está legando al histerismo, es más bien una indicación de lo desperrados que son la “Casta” para revertir el Brexit y no un deseo de los votantes.

EN fin, uno solo puede estar maravillado como los políticos se empeñan en no salir de su burbuja y rechazan aceptar la realidad:
Ademas mientras los Lib Dems esten mal gastando sus fuerzas en un tarea imposible, no estén intentando conseguir un “Brexit Blando” , algo posible pero extremamente complicado.

Es curioso como los Libe dems se empeñan en querer revertir el Brexit, cuando el EU ya se ha adelantado sus planes de integración y ya no hay sitio en el EU para un país que no acepta el € , Schengen, y el ejército Europea además de un gobierno económico y un paro pagado por todo los Europeas.

No es posible que el UK se queda dentro del EU, no sé porque personas supuestamente inteligentes no son capaces de admitirlo.

---------- Post added 09-jul-2017 at 16:27 ----------

Iniciado por Roca2 Ver Mensaje
Vamos a ver, en 30 euros hay que meter, gestión, transporte e impuestos. Los dos primeros puede, el tercero ni de coña, ya te he dicho que con tan sólo pagar el IVA sobre el precio de China se le va de precio.



Dejando de lado la improbabilidad de sacar más impuestos por beneficios que por importación (¿qué empresa sería tan estúpida de hacer el envío con mayores costes?) veo que ya reconoces lo del fraude. El cómo lo harán lo desconozco (agujero legal, agentes de aduanas corruptos, contubernio con las autoridades inglesas....), pero en Alemania paquetes tan grandes declarados con un valor de 22€ o menos te llevan a una visita al servicio de aduanas en persona con la factura para ver de que se trata.


Olvidas que los chinos quien te venden en China estén sacando un beneficio el quien importa paga el 0% de aduanas sobre el precio de COSTE por piezas ..
solo va pagar el IVA sobre le precio de coste

Además sigues ignorando que el coste del transporte POR PIEZA es 100 veces más caro que contratar un conteiner.
El mundo de la compra industrial y sus importaciones es totalmente distinto al mundo del compra del usuario último.

Fraude hay en todos partes, hace poco habían unas redadas en España a empresas Chinos por esta tema.



Un empresas quien importa pagando con aduanas facturando desde Hong-Kong y enviando desde China puede importar a precio de coste x 2 , asi ha transferido sus benificios fuera del Eu sin ninguna coste.

la estafa en España se radicaba en el reverso de esta systema: no declarar o declarar mas barrato que el precio de coste real y despues vender en NEGRO para evitar pagar los terioricos benificiosen el Impuesto sobre sociedades.

Si vais a declarar todos los ventas , no te interesa declarar por debajo el valor dado que el impuesto sobre benificios es mucho mas alta que el impuesto de aduans, declara por debajo del coste esta reservado solo a empresas quien venden en Negro sin factura.

Última edición por Pat; 09-jul-2017 a las 15:45


  #4323  
Antiguo 11-jul-2017, 16:13
Pat Pat esta en línea ahora
Excelentísimo, ilustrísimo y grandísimo miembro de élite de los gurús burbujistas
 
Fecha de Ingreso: 25-marzo-2008
Mensajes: 9.990
Gracias: 3.091
8.415 Agradecimientos de 3.813 mensajes
Audiencias | Eventos | Comisiones | Parlamento Europeo

hala

EL Parlamento Europea está informado sobre los consecuencias de Brexit por la aviación… un poco tarde, pero mejpr tarde que nunca

Ha quedado claro lo que levo meses diciendo….


  #4324  
Antiguo 11-jul-2017, 17:46
Pat Pat esta en línea ahora
Excelentísimo, ilustrísimo y grandísimo miembro de élite de los gurús burbujistas
 
Fecha de Ingreso: 25-marzo-2008
Mensajes: 9.990
Gracias: 3.091
8.415 Agradecimientos de 3.813 mensajes
Aqui hay un link a un discurso del dia 6 de la negociador Europea Barnier
La primera parte “En ingles” se ha difundido por todos los periodicos del mundo.
Pero es la segunda parte que es mas interesante.

European Commission - PRESS RELEASES - Press release - Speech by Michel Barnier at the European Economic and Social Committee



Abajo hay el texto en Francias original, no tengo tiempo para hace un resume pero vale la pena leer lo

Explica muy bien la diferencia entre el Mercado única y el unión aduanero, algo que ha escapado a la totalidad del clase politca y periodista….. hasta usa el mismo ejemplo de Turquia que yo habitualmente uso.

hay que mirar detinadanente cuando explica los por menores del Brexit, toca muchos temas del cual yo he tocado, pero bien resumido

Pour un pays tiers, c'est un autre exemple, 100% des importations d'animaux vivants et des produits d'origine animale – et c'est un ancien ministre de l'Agriculture qui vous parle – sont et resteraient soumises à des contrôles à la frontière de l'Union européenne. C'est d'ailleurs, pour être tout à fait franc, un des défis que nous devons relever dans le cas particulier et unique de l'Irlande et cela, comme je l'ai déjà dit, sans recréer de frontière dure.

Ninguna artículo de origen animal y mucho menos un vivo sin un inspección fronteriza……… ¿Ves alargar los colas desde Calais hasta la Junquera….
El haba del UK hacia el EU, pero obviamente, va a la inversa también.


Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,
En tant que négociateur de l'Union, au nom de la Commission européenne et avec mon équipe, sous le contrôle du Parlement européen, du Conseil des ministres et avec la confiance du Président Juncker, ma tâche est de limiter le coût du Brexit pour les 27, autant que possible. Sans pour autant nier que certains pays, et certains secteurs, que je connais bien, seront évidemment plus affectés que d'autres.
Cette tâche visant à limiter le coût du Brexit c'est également, me semble-t-il, Monsieur le Président, votre tâche. Nous devons commencer à préparer nos entreprises, les partenaires sociaux, les syndicats, la société civile, aux conséquences du choix, du choix souverain du Royaume-Uni.
Quelle que soit l'issue des négociations, le 29 mars 2019 à minuit, dans l'état actuel des choses, le Royaume-Uni sera un Etat tiers, qui n'aura donc pas les mêmes facilités ni les mêmes droits qu'un Etat membre de l'Union Européenne. C'est son choix. Pas le nôtre.
Cela est vrai dans tous les domaines, et en particulier pour le commerce, qui ne sera jamais aussi fluide pour un Etat qui fait le choix de sortir du marché unique et de l'union douanière. Et ce point mérite, je crois, que l'on s'y arrête un moment.

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,
Pourquoi nos Etats membres bénéficient-ils entre eux d'un commerce « sans friction » pour les marchandises ?
• Parce qu'ils font partie du marché intérieur qui a permis d'harmoniser les règles ou d'assurer leur reconnaissance mutuelle, en garantissant qu'un bien légalement produit dans un Etat membre peut être vendu dans tous les autres Etats membres sans autre formalité.
• Mais aussi parce que, en tant que membres de l'Union européenne, ils font partie de notre Union douanière, automatiquement, avec un tarif extérieur commun et, entre nous, une absence totale de contrôles douaniers.
• A quoi servirait l'absence des droits de douanes si dans le même temps des réglementations nationales divergentes empêchaient les produits de circuler librement ?
• On voit bien ici que seule la combinaison de l'Union douanière et des règles du marché intérieur permet de commercer librement, « sans friction », entre nos Etats. L'un ne va pas sans l'autre.
En choisissant de quitter l'Union, on se déplace de l'autre côté de la frontière externe, qui délimite non seulement l'union douanière, mais aussi l'espace d'adoption et d'application des règles du marché intérieur.
Seule cette combinaison du marché intérieur et de l'union douanière garantit la libre circulation des biens :
• Le marché intérieur sans l'union douanière – c'est-à-dire le régime de l'Espace économique européen, pour la Norvège, pour l'Islande et pour le Liechtenstein – implique quand même un régime de procédures et contrôles douaniers, entre autres pour vérifier les règles d'origine préférentielle.
• Et dans l'autre sens, Mesdames et Messieurs, un accord d'union douanière sans le marché intérieur –c'est le cas de la Turquie – ne permet pas non plus la libre circulation des biens puisqu'il implique aussi un régime de procédures et de contrôles douaniers, y compris des contrôles pour vérifier la conformité aux standards européens.
Enfin, il est clair qu'une relation commerciale avec un pays qui n'appartient pas à l'Union européenne comporte évidemment des frictions.
• Par exemple, les opérateurs économiques des pays tiers ne bénéficient pas des mêmes facilités que les Etats membres sur les déclarations de TVA.
• Pour un pays tiers, c'est un autre exemple, 100% des importations d'animaux vivants et des produits d'origine animale – et c'est un ancien ministre de l'Agriculture qui vous parle – sont et resteraient soumises à des contrôles à la frontière de l'Union européenne. C'est d'ailleurs, pour être tout à fait franc, un des défis que nous devons relever dans le cas particulier et unique de l'Irlande et cela, comme je l'ai déjà dit, sans recréer de frontière dure.
D'autre part, d'une manière générale, avant que l'exportation d'un pays tiers vers l'Union européenne des produits de cette nature ne soit possible, les conditions sanitaires et phytosanitaires de ces exportations doivent toujours être établies. On voit bien, si je parle franchement, les contraintes qui sont là, notamment pour la filière agro-alimentaire.
Et ces contraintes, elles valent également pour toutes les entreprises qui puisent leur dynamisme dans l'intégration des centres de production en Europe, à l'intérieur du marché commun.
Le succès de l'usine Airbus à Broughton, dans le Nord du Pays de Galles, repose en grande partie sur sa capacité à attirer facilement des ingénieurs et techniciens qualifiés venant de toute l'Europe. Et sur la simplicité des procédures de certification et d'acheminement vers les sites d'assemblage de Hambourg ou de Toulouse.

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,
Ainsi, même dans le cas de l'accord auquel nous travaillons, la décision britannique de quitter l'Union aura des conséquences importantes. Et c'est mon devoir de le dire, parce que je l'ai dit depuis le début, et que je dirai la vérité aux citoyens.
Pour réussir cette négociation, et nous voulons sincèrement la réussir, il nous faut franchir les étapes une à une. Garder notre calme. Il n'y aura – je le dis pour que les choses soient claires – jamais d'agressivité ni d'arrogance de ma part. Et je recommande à chacun d'adopter la même attitude.
Mais nous devons regarder les choses en face.
Et nous voulons être prêts pour faire face à toutes les situations, y compris celle, que je ne souhaite pas, d'un "no deal", dont l'hypothèse a encore été évoquée récemment par plusieurs ministres britanniques.
Quelles seraient d'ailleurs les conséquences de ce scénario-là, de "no deal" ?
Là aussi, je veux être très clair : dans une négociation classique – et celle-ci n'est pas classique – le "no deal" revient au statu quo. Dans le cas du Brexit, le "no deal" serait un retour à un passé lointain.
• Le "no deal" ferait reposer notre relation commerciale avec le Royaume-Uni sur le régime de l'Organisation mondiale du commerce. Ce serait alors des droits de douanes de près de 10% sur les importations de véhicules. De 19% en moyenne pour les boissons et tabac, de 12% en moyenne sur l'agneau et aussi sur le poisson, dont la grande majorité des exportations britanniques sont à destination de l'Union européenne.
• Même si sortir de l'union douanière impliquerait de toute façon des formalités aux frontières, le "no deal" se traduirait par des procédures et des contrôles très lourds, sans aucune facilité, ce qui serait particulièrement dommageable aux entreprises qui ont une organisation "just in time", à flux tendus.
Par exemple, pour un équipementier sportif ou un fabricant de pièces industrielles basé au Royaume-Uni, dont la production est aujourd'hui immédiatement acheminée vers le marché unique, cela signifierait, très concrètement :
• garder les produits en stock pendant 3 ou 4 jours au lieu de quelques heures,
• investir dans la location d'entrepôts,
• subir des frais de transport en augmentation, avec un risque logistique accru.
En réalité, Mesdames et Messieurs, le "no deal" aggraverait la situation "perdant-perdant" qui résulte nécessairement du Brexit. Et je pense, objectivement, que le Royaume-Uni aurait encore plus à perdre que ses partenaires.
Dès lors, je veux être là aussi très clair devant vous: il n'y aurait à mes yeux aucune justification raisonnable pour le scénario du "no deal", aucune justification raisonnable. Il n'y a aucune raison d'aggraver encore les conséquences du Brexit.
Voilà pourquoi, Monsieur le Président, nous voulons un accord. C'est pourquoi les 27 Etats membres et le Parlement européen veulent un accord. Je le dis à nos partenaires britanniques : un accord équilibré est de très loin préférable à une absence d'accord – A fair deal is far better than no deal.
Et, par exemple, dans le très grand port de Zeebrugge, où je me rendrai tout à l'heure pour une visite de travail, un port dont le Royaume-Uni est le premier marché avec 17 millions de tonnes de fret intégré en 2016, je n'imagine pas, dans l'intérêt bien compris du Royaume-Uni comme de la Flandre et de la Belgique, je n'imagine pas une rupture d'approvisionnement ou la mise en cause d'une organisation aujourd'hui extrêmement efficace.

Monsieur le Président,
La meilleure manière d'aboutir à un accord, c'est de créer la confiance – et j'y suis prêt – en traitant d'abord trois sujets que nous considérons comme prioritaires et inséparables parce qu'ils sont la condition de ce que les Britanniques ont souhaité : un retrait ordonné de l'UE. Ils sont la condition de ce retrait ordonné. Et ces trois sujets qui sont à nos yeux prioritaires, inséparables, c'est d'abord de sécuriser les droits des citoyens, 4 millions et demi de personnes, mais aussi, dans le cadre du règlement financier, de sécuriser la situation des bénéficiaires des programmes actuels et des politiques actuelles de l'Union européenne et c'est enfin la question des frontières, notamment en Irlande.
J'espère sincèrement que des progrès suffisants seront faits rapidement sur ces trois sujets en parallèle – je dis bien en parallèle – pour nous permettre de commencer dès cet automne le travail préparatoire visant à bâtir notre nouveau partenariat avec le Royaume-Uni, qui, je l'espère, encadrera les échanges économiques et la coopération entre le Royaume-Uni et l'Union européenne sur plusieurs sujets d'intérêt commun, y compris la coopération en matière de sécurité, de lutte contre le terrorisme et la défense.
Une fois que nous aurons plus de clarté sur la nature de cette nouvelle relation, nous pourrons évidemment discuter d'éventuelles mesures de transition.
Mars 2019, Mesdames et Messieurs, c'est dans 20 mois. 20 mois ! Le temps passe vite. Quelle que soit l'issue de ces négociations, le message que je veux vous dire aujourd'hui, et que je vous encourage à relayer autour de vous sur le terrain est le suivant : la vraie période de transition, elle a commencé le 29 mars dernier, avec la lettre que nous a adressée Theresa May, le jour de la notification.

Mesdames et Messieurs,
Je voudrais ajouter un message plus spécifique pour chacun d'entre vous parce que vous êtes le Comité économique et social des 28. Parce que vous êtes à mes yeux le lieu du level-playing field sur la concurrence, sur les standards environnementaux, sur les droits des consommateurs, sur la fiscalité, sur les droits sociaux.
Toutes ces "règles du jeu" – auxquelles j'ai à ma place comme Commissaire européen il n'y a pas si longtemps contribué et c'était l'occasion pour moi de venir devant vous – toutes ces règles du jeu permettent le fonctionnement de notre économie sociale de marché compétitive – économie, sociale, marché, compétitive : les quatre mots sont importants, pas seulement un ou deux d'entre eux. Et vous y avez contribué et vous en êtes les garants dans la diversité de vos groupes, et de vos responsabilités sociales et professionnelles sur le terrain.
Je ne connais pas aujourd'hui les détails des positions que les Britanniques adopteront ou souhaiteront quant à notre futur partenariat. Et je ne veux surtout pas faire de procès d'intention. Mais je sais, Mesdames et Messieurs, que vous serez, comme je le serai, vigilants à ce que tout accord commercial avec le Royaume-Uni permette de garantir en même temps une concurrence équitable et les protections que nous jugeons nécessaires.
C'est d'ailleurs une nécessité – je me permets de le rappeler en passant – si nous voulons maintenir l'unité des 27 et si nous voulons, le moment venu, lorsque nous aurons conclu plus tard cet accord de libre-échange, "free and fair agreement", si nous voulons soumettre avec succès le traité sur notre future relation à la ratification non seulement du Parlement européen mais aussi des parlements des 27 Etats membres, en ce qui nous concerne.
La préparation des négociations avec le Royaume-Uni nous a en effet permis d'obtenir une unité solide, très forte, des 27. Et cette unité, c'est maintenant à nous, et je vous écoutais, cher Président, le dire avec vos mots tout à l'heure, de l'investir dans un agenda plus constructif que le Brexit, si je puis dire.
Les projets ne manquent pas, qui vont d'ailleurs nourrir vos débats comme ceux du Parlement européen ou du Comité des régions et nous avons vu ces projets notamment dans le Livre blanc sur l'avenir de l'Europe et toutes les initiatives que la Commission européenne et le Président Juncker mettent sur la table semaine après semaine. Vous me permettrez, parmi d'autres initiatives, d'en citer quelques-unes :
• le socle des droits sociaux porté par Marianne Thyssen et Valdis Dombrovskis,
• toutes les initiatives prises en matière fiscale et d'aides d'Etat par Margrethe Vestager et Pierre Moscovici,
• les avancées sur la défense européenne proposées par Federica Mogherini, Elzbieta Bieńkowska et Jyrki Katainen,
• les idées ambitieuses qui viennent d'être proposées sur le budget européen par Günther Oettinger ou encore sur la recherche européenne par Carlos Moedas. Et je pourrais citer encore d'autres exemples.
Et ces exemples, ils nous rappellent quelque chose de très important et qu'a d'ailleurs dit avec beaucoup de force et de bon sens comme d'habitude il y a quelques jours, la Chancelière allemande Angela Merkel : « l'avenir de l'Europe est bien plus important que le Brexit ».
Mon message ce matin est donc celui-ci : préparons-nous au Brexit pour y faire face sereinement, puisque telle est la décision du Royaume-Uni. Et nous nous préparons objectivement, sans naïveté non plus. Nous pourrons alors nous nous concentrer sur ce qui compte le plus, et que vous avez rappelé, Monsieur le Président, tout à l'heure : l'avenir de notre Union à 27.



  #4325  
Antiguo 12-jul-2017, 16:23
Pat Pat esta en línea ahora
Excelentísimo, ilustrísimo y grandísimo miembro de élite de los gurús burbujistas
 
Fecha de Ingreso: 25-marzo-2008
Mensajes: 9.990
Gracias: 3.091
8.415 Agradecimientos de 3.813 mensajes
¿Hay auto censura en los medios de comunicación sobre el Brexit?


Ayer el 11 de Junio había una sesión del parlamento Europea donde intervino todos los figuras relacionado con el aviación.
Vi en directo la sesión y a los Europarlamentarios se les explico con una claridad brutal los efectos nefastos de un Brexit sin acuerdo sobre la aviación europea y el turismo.

Hoy el 12 de Julio en Bruselas, había una rueda de prensa del negociador de Bruselas donde repetía lo que ya sabemos y nada nuevo, pero el tono era hostil hacia el UK.



Bien:
la entrevista de hoy a las pocas horas tenía echo en todos los medios de prensa:

en cambio el reunión de más de 3 horas del aviación con el Euro parlamento ayer no ha tenido ninguna echo aparte de una pieza en un web de Bruselas para Bruselas, además escrito solo en ingles.

(Aquí el link al artículo de Bruselas


Flights to EU at risk if no Brexit deal, airlines warn


Estos usuarios dan las gracias a Pat por su mensaje:
  #4326  
Antiguo 14-jul-2017, 09:28
Pat Pat esta en línea ahora
Excelentísimo, ilustrísimo y grandísimo miembro de élite de los gurús burbujistas
 
Fecha de Ingreso: 25-marzo-2008
Mensajes: 9.990
Gracias: 3.091
8.415 Agradecimientos de 3.813 mensajes
Y Aquí la posición del UK sobre el Tribunal de Justicia del EU
https://www.gov.uk/government/upload...17__2___1_.pdf

Ongoing Union judicial and administrative proceedings - position paper - GOV.UK

el UK estera fuera del tribunal cuando sale del EU, por lo visto esto es una “Línea Rojo” de Bruselas quien exige que el “Tribunal de Justicia del EU” tenga la última palabra sobre cualquier disputa de los derechos de los ciudadanos del EU en el UK.
EL UK propuso la creación de tribunales especiales UK/EU para resolver el problema pero el EU insiste en que el Tribunal de Justicia del EU sea el tribunal supremo del UK.

Visto esto
¿Aun hay algún iluso quien crea que habrá un acuerdo negociado EU/UK?


PD
4 meses después del inicio de los negociaciones y 13 meses desde el referéndum y los partes estén más distanciados que nunca.

Última edición por Pat; 14-jul-2017 a las 10:29


  #4327  
Antiguo 14-jul-2017, 11:04
FULANITODETALYCUAL FULANITODETALYCUAL esta en línea ahora
Excelentísimo, ilustrísimo, magnífico y grandísimo señor de élite de los gurús burbujistas
 
Fecha de Ingreso: 23-junio-2008
Mensajes: 10.486
Gracias: 10
4.322 Agradecimientos de 2.607 mensajes
Si era un referendum"No Vinculante" porque el gobierno ingles se lo tomo como si fuera la biblia.ademas tampoco era una victoria rotunda..
Huele raro..


  #4328  
Antiguo 14-jul-2017, 11:50
Pat Pat esta en línea ahora
Excelentísimo, ilustrísimo y grandísimo miembro de élite de los gurús burbujistas
 
Fecha de Ingreso: 25-marzo-2008
Mensajes: 9.990
Gracias: 3.091
8.415 Agradecimientos de 3.813 mensajes
Iniciado por FULANITODETALYCUAL Ver Mensaje
Si era un referendum"No Vinculante" porque el gobierno ingles se lo tomo como si fuera la biblia.ademas tampoco era una victoria rotunda..
Huele raro..


No se hace un referéndum si no estás dispuesto a implementar los resultados, además, no existe un referéndum vinculante en el UK, el parlamento es siempre soberana.
EL parlamento aprobó dejar a los votantes decidir si el UK continuaba en el EU, el UK votos salir y el parlamento acepta el resultado.

Revocar la decisión será romper el contrato entre los políticos y los votantes, hacer otro referéndum ser devaluar la democracia en el UK. Mientras algunos partidarios del EU no les importara devaluar la democracia en el UK y entregar lo que queda al EU, la gran mayoría no se atreverán.
La debacle electoral de los partidarios de revocar el resultado será tremenda.


  #4329  
Antiguo 16-jul-2017, 18:51
XeRiTo XeRiTo está desconectado
Caído del guindo
 
Fecha de Ingreso: 27-agosto-2015
Mensajes: 33
Gracias: 1
24 Agradecimientos de 13 mensajes
Theresa May's Brexit chief admits Britain will have to keep sending money to the EU after we leave - Mirror Online

El gobierno ingles ya empieza a admitir que existirán obligaciones con EU mas allá de la fecha de ruptura, por supuesto, hablan de obligaciones reciprocas, no van a admitir que van aflojar la pasta de manera directa y tan pronto, pero ya van preparando el terreno.

Que pena que el sur de Irlanda tenga un líder marioneta sin identidad histórica con esta tierra, porque tiene a los vecinos donde muchos hubiesen querido para hacer daño.


  #4330  
Antiguo 16-jul-2017, 21:32
necromancer necromancer está desconectado
Excelentísimo, ilustrísimo y grandísimo miembro de élite de los gurús burbujistas
 
Fecha de Ingreso: 13-enero-2015
Mensajes: 8.257
Gracias: 14.352
10.149 Agradecimientos de 4.054 mensajes
Iniciado por XeRiTo Ver Mensaje
Theresa May's Brexit chief admits Britain will have to keep sending money to the EU after we leave - Mirror Online

El gobierno ingles ya empieza a admitir que existirán obligaciones con EU mas allá de la fecha de ruptura, por supuesto, hablan de obligaciones reciprocas, no van a admitir que van aflojar la pasta de manera directa y tan pronto, pero ya van preparando el terreno.

Que pena que el sur de Irlanda tenga un líder marioneta sin identidad histórica con esta tierra, porque tiene a los vecinos donde muchos hubiesen querido para hacer daño.

Los irlandeses esperan su oportunidad, en Irlanda del Norte los católicos crecen rápidamente, tienen muchos más hijos que los protestantes, es cuestión de un par de décadas que pidan su referéndum de independencia y se unan a la República de Irlanda.


Tema Cerrado

Herramientas
Desplegado


Temas Similares
Tema Autor Foro Respuestas Último mensaje
Hilo Oficial: Brexit Ignorar usuario Burbuja Inmobiliaria 128 24-jul-2017 13:47
Internacional: La permanencia habría ganado el referéndum con el 52 por ciento de los votos Arcadi España Temas calientes 6 24-jun-2016 17:14
Tema mítico: [Hilo Oficial] BREXIT: Seguimiento del referéndum 23 de Junio de 2016 fvckCatalonia Burbuja Inmobiliaria 1428 24-jun-2016 07:51
Ciudadanos ha ganado en votos a Podemos Katatonia Política 10 20-dic-2015 22:46
acabo de ver el debate e Iglesias ha ganado 1 millón de votos por lo menos. Janus Política 46 13-dic-2015 01:22


La franja horaria es GMT +1. Ahora son las 00:02.